Changement d'itinéraire pour la France direction Tockyo avant d'aller à RIO.

Le 10/01/2016

Laurent Tillie : « Nous sommes encore vivants » La voix fatiguée, les traits tirés après un tournoi "épuisant", Laurent Tillie n'a pas caché sa déception après la défaite des Bleus en finale du Tournoi de qualification olympique de Berlin contre la Russie. Mais le sélectionneur s'est montré fier de ses joueurs.

Quel est votre sentiment après ce match ?
Je suis vraiment abattu, comme les joueurs, parce qu’on a tout donné. On est tellement bien partis dans le premier set, on a sans doute tout donné à ce moment-là, parce que petit à petit, on a plongé face à une très belle équipe russe, très dynamique, tonique et physique. Malgré cela, nous avons eu pas mal de balles de contre-attaques, mais sans jamais faire le point. Nous ne sommes pas qualifiés, mais je suis très fier des joueurs parce qu’on a disputé cinq finales, nous sommes les seuls à avoir enchaîné sans un jour de repos, mais nous sommes encore vivants, ça me plaît.

Qu’avez-vous dit à vous joueurs quand vous les avez regroupés après la rencontre ?
Je leur ai demandé de rentrer fiers dans leurs clubs, de montrer qu’ils sont champions d’Europe, de digérer et qu’on se retrouverait au mois de mai pour repartir sur ce rêve olympique. On va tout faire pour y arriver, je pense que nous sommes sur la bonne voie. Ce qui m’intéresse, c’est qu’on garde l’esprit d’équipe, notre unité et nos ambitions. Pour cela, il faut savoir ce qu’on a fait. C’était exceptionnel, la dernière marche était trop loin, mais on finit deuxièmes d’un tournoi très relevé.

Comment rebondir après cette déception ?
La vie est faite de cycles, le rêve était trop beau, mais avant le tournoi, j’aurais signé pour finir deuxième. Peut-être qu’il y a eu de la décompression après la victoire d’hier (contre la Pologne), on craignait tellement de jouer cette troisième place… Nous sommes encore une équipe en devenir, même si nous avons eu des titres, ce tournoi a été harassant, je crois qu’il faut le prendre comme une étape de développement et au mois de mai, on repartira avec l’objectif.

Regrettez-vous de ne pas avoir pu bénéficier d’un jour de repos ?
Je ne vais me plaindre, mais je le regrette un peu, surtout par rapport aux autres équipes qui, elles, l’ont eu, je ne vois pas pourquoi nous n’aurions pas pu en bénéficier au milieu de la compétition. Ca s‘accumule un peu, entre ça, les points qu’on ne nous donne pas à la World League, le changement de format de qualification… Mais on va continuer, aller jusqu’à Rio et après, on espère que ça changera.

Depuis mai, vous n’avez perdu que 2 matches sur 29…
J’espère que cette défaite sera la première de l’année et la dernière…