Deuxième victoire pour la France

Le 07/01/2016

TQO : Et de deux pour la France ! Au lendemain de sa victoire inaugurale face aux champions olympiques russes (3-1), l’équipe de France a confirmé jeudi en remportant son deuxième match du Tournoi de qualification olympique de Berlin aux dépens de la Finlande (25-21, 25-20, 25-16). Les hommes de Laurent Tillie auront besoin d’un set vendredi face à la Bulgarie pour se qualifier pour les demi-finales.

Du travail bien fait ! Vainqueurs mercredi de la Russie au terme d’une partie très enlevée, les joueurs de l’équipe de France abordaient avec le statut de favoris leur deuxième rencontre du tournoi de qualification olympique de Berlin, ils ont parfaitement assumé ! Certes, ce n’était pas aussi spectaculaire que face aux champions olympiques, mais les hommes de Laurent Tillie ont su faire preuve du sérieux nécessaire pour dominer des Finlandais qui n’avaient plus aucune pression, puisque déjà éliminés après leurs défaites contre la Russie puis la Biulgarie.

Dominateurs dans une première manche animée par un bon Antonin Rouzier (7 points, 19 au total) et conclue sur un ace flottant de Tillie (25-21), ils ont davantage « pioché » dans la seconde, longtemps menés (14-16) car gênés par la vitesse du passeur adverse Tervaportti, avant de placer une accélération brutale dont ils ont le secret qui a laissé leurs rivaux pantois (25-20). "Il (Tervaportti) jouait très vite, c’était très difficile de lire, c’est ça qui nous a frustrés, on n’arrivait pas à défendre et à bloquer, mais tout doucement, nous avons trouvé les clés tactiques. Le gain du deuxième set était très important", commentera après-coup Laurent Tillie.

A 0-2 contre eux, les hommes de Tuomas Sammelvuo ont fini par abdiquer, soulés par les attaques variées et les blocks de Français qui ont joué ce troisième set à leur main, à l’image d’un Kevin Le Roux omniprésent, au centre, au block, au service (11 points au total). "On m’a dit que j’avais été très fort dans le troisième set, mais honnêtement, je n’ai pas fait attention, je pense avoir été complet, j’ai fait mon taf", régira le géant breton. Au deuxième temps mort technique, la partie était quasiment pliée (16-8), les derniers « Suomi ! Suomi ! » poussés par les sympathiques et chamarrés supporters finnois n’y ont rien fait, les champions d’Europe ont plié les débats sur un ultime block collectif après 1h14 de jeu.

Mission bien accomplie donc mais la qualification pour les demi-finales n’est pas pour autant dans la poche, puisque mathématiquement pas encore acquise. Elle le sera si vendredi, lors de leur dernier match de la poule B, les Tricolores prennent un set aux Bulgares. Mais connaissant la rage de vaincre qui anime cette équipe, nul doute qu’elle aura à cœur de finir en beauté cette phase de poule, c’est-à-dire invaincue et à la première place…

Les réactions :

Laurent Tillie : "On n’a pas joué complètement libérés, on avait fait un briefing hier en disant qu'il fallait accepter de mal jouer pour gagner, c’est le cas sur ce match. Il faut l'accepter mais il faut aussi rester dedans, là, au deuxième set, on sentait qu’on s’énervait, la tête partait ailleurs. Le problème au volley, c’est la gestion de la frustration, tous les temps morts où la tête gamberge, c’est cette frustration qu’on n’a pas su bien gérer ce soir. Mais on est toujours vivants, on a gagné 3-0, on est encore en course pour la demi-finale, c’est oublié. Il faut un set pour se qualifier, on va s’atteler à ça, les Bulgares ont pris une raclée ce soir, ils vont aborder le match le couteau entre les dents, ils ont beaucoup de revanches à prendre sur nous, le match va être complètement différent."

Benjamin Toniutti : "C’est du travail bien fait, même si le contenu a été un peu moins bon qu’hier. On s’est dit avant la compétition que sur une qualification aux JO, on ne joue pas forcément bien tous les matches, mais le plus important, c’est d’avoir gagné 3-0 et de ne pas avoir laissé trop d’énergie. Le premier et le troisième set, on a bien joué, surtout sur le service-block, le deuxième, ils nous ont mis un peu plus en difficultés, ils n’avaient rien à perdre, on a un peu paniqué, je pense, on a fait beaucoup de fautes, parce qu’on avait envie de gagner 3-0. C’était important de gagner sur ce score."
 
 
Photo : BP Sport National